Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 avril 2010 7 04 /04 /avril /2010 16:00

 

11 avril 2012

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

 

Soutien aux sociétés civiles émerghentes enAfrique ...

La société civile dans le collimateur des politiques…

 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

 



« L'affaire Chebeya, un crime d'Etat ?»

 

6-f_jpg-q_x-20120403_043719.jpg

 

 

Floribert Chebeya


http://www.rfi.fr/emission/20120313-thierry-michel-marie-josee-bazana


--------------------------------------------

 

 

Bande annonce


 

 

  --------------------------------

 

 

RDC: vers une interdiction de la diffusion du film «l’affaire Chebeya, un crime d’Etat» ?


lundi 09 avril 2012

Par RFI

 

Le ministre de la Justice de la RDC recommande l’interdiction de la diffusion d’un film sur l’affaire Chebeya. Une affaire qui porte sur l’assassinat en juin 2010 du défenseur des droits de l’homme Floribert Chebeya, qui a donné lieu à un procès fleuve l’année dernière. Le procès s’est soldé par la condamnation de plusieurs officiers de police. Luzolo Bambi reproche au film intitulé « L'affaire Chebeya, crime d’Etat ?», d’être tendancieux, et de porter atteinte à la personne du chef de l’Etat.

Dans une lettre au président de la Commission nationale de censure, le ministre de la justice Luzolo Bambi demande de ne pas autoriser la diffusion du film en RDC.

Le ministre a deux reproches à faire. D’abord, le titre : « L’affaire Chebeya, un crime d’Etat ? » Même si la mention « un crime d’Etat » est suivie d’un point d’interrogation. Ensuite, il est reproché au réalisateur de laisser passer des séquences portant atteinte au chef de l’Etat. Par exemple, dans ce film on revoit des manifestants filmés lors des obsèques de Chebeya, qui scandaient « Kabila assassin au Congo».

Le ministre rappelle dans son courrier que le président de la République a démontré sa volonté de lutter contre l’impunité et permis à la justice de mener ses enquêtes en toute indépendance. Il est demandé au réalisateur Thierry Michel de revoir son montage

Cette interdiction jette un trouble parmi les ONG partenaires du film qui avaient pu le voir en projection privée à Kinshasa en mars. Parmi les partenaires, il y a aussi l’OIF, l’Organisation internationale de la francophonie, à quelques mois de son sommet qui se tiendra précisément à Kinshasa.

 

Thierry Michel, Réalisateur belge du film «L'affaire Chebeya, un crime d'Etat ?»

J’espère que cela a été un excès de zèle d’un ministre aux abois parce qu’il n’a sans doute pas fait son travail, et qu’il essaie par la censure d’étouffer la voix comme on a étouffé la Voix des sans-voix, et comme on a étouffé évidemment Floribert Chebeya.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Gérardw
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de soutien-ste-civile.over-blog.com
  • Le blog de soutien-ste-civile.over-blog.com
  • : Soutien aux sociétés civiles émergentes en Afrique : des exemples de sociétés civiles émergentes, et des exemples de soutiens possibles.
  • Contact

Texte Libre

Octobre 2009,


Les associations de la Coalition Publiez Ce Que Vous Payez – France, se retrouvent à Paris, au Secours Catholique, rue du Bac, avec Marou Amadou et Ali Idrissa, tous deux membres de la coalition PCQVP – Niger.

Marou a été arrêté et incarcéré le 10 août pour les positions qu'il avait prises en tant que Président du Fusad sur le coup d'état constitutionnel. Il a été mis en liberté provisoire après cinq semaines d'incarcération et vient quelques jours en France et en Belgique. C'est l'opportunité pour nous de rencontrer ces deux militants.


Je suis allé à cette rencontre avec camescope et appareil photo. Mais en les entendant et en comprenant ce qui se passe au Niger, je me dis : « Vaut mieux ne pas sortir mes appareils. Mettre Marou et Ali sur internet, c’est les exposer un peu plus ».

Je leur pose tout de même la question :

- « Il vaut mieux éviter les photos et les interviews sur internet ? ».

Mais, surprise :

« Non, au contraire. Vous pouvez filmer, faire connaitre notre combat. Nous voulons vivre. Nous n’avons pas peur. Nous voulons une meilleure répartition des richesses, nous voulons un peu plus de démocratie. Pourquoi avoir peur ? Nous ne pouvons pas vivre dans la peur. Soutenez nous. »


Gérard Warenghem

Recherche

Texte Libre

Inscrivez-vous à la newsletter !

Vous inscrivez votre adresse électronique dans la case prévue à cet effet, ci dessous. Et vous recevez un mail à chaque nouvelle parution.

Catégories