Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 avril 2001 3 04 /04 /avril /2001 13:30

Faire face à l’accaparement des terres, et promouvoir le leadership féminin

 

Publié le 23 avr 2014

La Fondation pour le Développement du Sahel FSD, en partenariat avec le Groupe d’Entraide pour la  Promotion de la Famille GEPF, a procédé à travers un atelier à la restitution de la rencontre à laquelle deux femmes de ces groupements ont participé à Dakar, sur l’accaparement des terres, la globalisation et le leadership féminin.

La rencontre qui a été suivie d’une conférence de presse, s’est tenue le 17 avril dernier au siège du FSD. Elle  a été animée par Mesdames Raki Traoré du FSD, Mme Keita Fanta Traoré du GEPF et Souleymane Dembélé, comme communicateur principal.

L’accaparement des terres est l’un des problèmes auxquels sont confrontés la plupart des pays africains et en particulier le Mali. C’est pourquoi, les deux femmes du Mali à savoir Mme Fanta Traoré et Raki Traoré, ont été appelées pour représenter le Mali à Dakar pour participer à la rencontre dont les thèmes principaux étaient : ‘’l’accaparement des terres, la globalisation et le leadership féminin’’.

La rencontre du 17 avril dernier avait pour objectif d’échanger avec tous les acteurs sur les questions liées aux phénomènes suscités. Après la communication de Raki Traoré qui a été épaulée par sa consœur, sur la restitution de l’atelier de Dakar. Selon elles, ces phénomènes ont effets négatifs sur la sécurité alimentaire et le leadership des femmes en Afrique.

 H N’Gatté     

Source: Le Pays du 23 avr 2014

http://maliactu.net/faire-face-a-laccaparement-des-terres-et-promouvoir-le-leadership-feminin/

Faire face à l’accaparement des terres, et promouvoir le leadership féminin

Voir aussi :

C’était au siège de la dite fondation à Bandialan II le jeudi 17 avril. La rencontre était organisée par la FDS, le Groupe d’Entraide pour la promotion de la Famille(GEPF) en collaboration avec PAN AFRICA de Dakar et sur financement de PAN.
Le premier thème exposé par le conférencier Souleymane Dembélé de la CAD portait sur la globalisation, son origine et son évolution. Selon lui, cette globalisation est sous l’influence du Fonds Monétaire International(FMI), la Banque Mondiale, l’Union Européenne afin d’asphyxier les économies non compétitives des Etats africains. La globalisation, poursuit –t-il, passe par l’imposition de leur politique, leur idéologie, les stratégies financières, commerciales et culturelles. Par conséquent les impacts négatifs sur les travailleurs, l’inégalité sur les pays, les producteurs, l’environnement. C’est ainsi que M Dembélé pointe du doigt les multinationales qui sont les forces motrices de la mondialisation. « Ils sont en mesure de dicter leurs pouvoirs. Les entreprises multinationales sont en train de devenir la véritable puissance. Ils accèdent aux produits et aux ressources naturelles des pays d’accueil à vil prix » dit –t-il.
L’accaparement des terres
Un autre temps fort de cette conférence était la communication sur l’accaparement des terres au détriment des populations locales. En effet, dans plusieurs pays africains, selon une tradition multiséculaire, « la terre ne se vend pas ». L’accaparement des terres apparait alors comme un phénomène brutal qui remet en cause les pratiques ancestrales traditionnelles, et qui hypothèque l’avenir des générations futures. Ce phénomène d’acquisition de terres à grande échelle est surtout en expansion depuis la crise alimentaire de 2008. Avec ce phénomène, d’après le conférencier, la souveraineté alimentaire est fortement menacée car les pauvres paysans sont spoliés de leurs terres au profit des puissances. «L’existence de la population est liée à la terre, de même que sa survie », déclare M Dembélé.
Pour atténuer les inquiétudes des populations victimes des accaparements des terres, la Banque mondiale et alliés ont mis en place une opération qualifiée de « gagnant – gagnant ». « C’est une stratégie de légitimation de la prise de contrôle des terres maliennes et africaines par les investisseurs privés et les Etats étrangers et les fonds de pension » précise le conférencier. Il a pris comme exemple dans l’Office du Niger où les multinationales se cachent derrière les investisseurs nationaux pour exploiter les terres agricoles à des centaines hectares. Pour appuyer son propos, il citera « le cas de GDCM qui exploite plus 100 000 hectares ».
Genre et agriculture Mais avant la série de communications, la restitution de l’atelier sur le leadership féminin organisée à Dakar du 24 au 29 janvier dernier a été exposée par les participantes. Le Mali était représenté par Mmes Traoré Fanta Keita, et Racky Traoré à travers la FDS. Selon Raky Traoré, le but de l’atelier était de constituer un pôle de femmes rurales leaders capables d’acquérir et de comprendre les problèmes actuels. « Et dans un deuxième temps, il s’agit de retransmettre les connaissances acquises à leurs communautés et organisations respectives » explique –t- elle. A Dakar, l’atelier a réuni 24 femmes du Sénégal, du Benin, du Mali, toutes leaders d’association et groupement des femmes, d’organisation de la société civile qui sont des agricultrices, des femmes rurales concernées par les questions de genre, d’agriculture et de sécurité alimentaire.

Par Modibo Fofana

http://www.mali24.info/accaparement-des-terres-et-globalisation-la-fds-tire-la-sonnette-dalarme.html

 

Faire face à l’accaparement des terres, et promouvoir le leadership féminin

================================

 

Mise en ligne le 18 avr. 2011

Planète à vendre ( http://www.agoravox.tv/actualites/soc...Mainmise sur les terres cultivables - Planète à vendre ) - L'exploitation des petits paysans :
La vente massive de terres cultivables à des entreprises multinationales en Afrique et en Amérique latine a provoqué l'expropriation de nombreux agriculteurs locaux : avec l'arrivée de ces firmes, les prix ont flambé. Après avoir manifesté, les paysans dans des pays comme l'Ethiopie et l'Uruguay se voient désormais obligés de travailler dans ces nouvelles exploitations. Tout en gagnant un salaire dérisoire.

Planète à vendre - mardi 19 avril 2011 20h40 sur ARTE (
http://www.arte.tv/fr/Comprendre-le-m... )
Les crises alimentaire et financière de 2008 ont provoqué une incroyable course pour la mainmise sur les terres cultivables partout dans le monde. Plus de cinquante millions d'hectares ont déjà changé de mains. Des industriels, des financiers, et même des gouvernements de pays riches cherchent à produire, voire à délocaliser leur agriculture, dans les pays pauvres. Ces mêmes pays qui parfois n'arrivent pas à nourrir leur propre population...

Partager cet article

Repost 0
Published by Gérardw
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de soutien-ste-civile.over-blog.com
  • Le blog de soutien-ste-civile.over-blog.com
  • : Soutien aux sociétés civiles émergentes en Afrique : des exemples de sociétés civiles émergentes, et des exemples de soutiens possibles.
  • Contact

Texte Libre

Octobre 2009,


Les associations de la Coalition Publiez Ce Que Vous Payez – France, se retrouvent à Paris, au Secours Catholique, rue du Bac, avec Marou Amadou et Ali Idrissa, tous deux membres de la coalition PCQVP – Niger.

Marou a été arrêté et incarcéré le 10 août pour les positions qu'il avait prises en tant que Président du Fusad sur le coup d'état constitutionnel. Il a été mis en liberté provisoire après cinq semaines d'incarcération et vient quelques jours en France et en Belgique. C'est l'opportunité pour nous de rencontrer ces deux militants.


Je suis allé à cette rencontre avec camescope et appareil photo. Mais en les entendant et en comprenant ce qui se passe au Niger, je me dis : « Vaut mieux ne pas sortir mes appareils. Mettre Marou et Ali sur internet, c’est les exposer un peu plus ».

Je leur pose tout de même la question :

- « Il vaut mieux éviter les photos et les interviews sur internet ? ».

Mais, surprise :

« Non, au contraire. Vous pouvez filmer, faire connaitre notre combat. Nous voulons vivre. Nous n’avons pas peur. Nous voulons une meilleure répartition des richesses, nous voulons un peu plus de démocratie. Pourquoi avoir peur ? Nous ne pouvons pas vivre dans la peur. Soutenez nous. »


Gérard Warenghem

Recherche

Texte Libre

Inscrivez-vous à la newsletter !

Vous inscrivez votre adresse électronique dans la case prévue à cet effet, ci dessous. Et vous recevez un mail à chaque nouvelle parution.

Catégories